L'image du mois de septembre 2003
 Où sont passés les moineaux ?

 

Quoi de plus commun qu'un moineau ? A cette question on ne trouvera probablement pas grand chose à répondre et histoire de ne pas rester coi, on lâchera peut-être : "deux moineaux !"

Pourtant, les réponses pourraient bien s'avérer plus nombreuses qu'on ne le pense car l'espèce est en déclin. Dans un monde en perpétuelle mutation, ce dernier constat n'est hélas pas propre au moineau mais pour celui qui avait su si bien s'adapter à l'environnement direct des hommes en partageant même ses propensions à l'expansion et à la colonisation, il est permis de s'étonner.

Les faits sont pourtant là. Par exemple, de récentes études menées en Angleterre ont abouti à la conclusion que la population a diminuée de plus de 40 % en l'espace de trente récentes années (1). D'autres pays européens, dont la France, pourraient faire un constat similaire. En Amérique du Nord, terre d'une introduction beaucoup plus tardive, massive et non moins contestable, il semble qu'on ne pense pas différemment (2). Alors vivre près de l'homme n'est-il donc plus une bonne affaire ? Passé de la campagne à la ville avec une apparente facilité, notre "piaf" jetterai t-il maintenant l'éponge ? Voici peut-être le signe avant-coureur des difficultés qui attendent notre propre espèce ?

Et à Saint-Pierre qu'en est-il ? Si cette même question m'avait été posée il y quelques mois, plus exactement à la fin de l'hiver 2000, je vous aurais répondu : "Disparus, tous disparus !". J'étais en effet interloqué à cette époque par l'évaporation soudaine des nombreux moineaux qui d'ordinaire fréquentaient les mangeoires par centaine ou piaillaient en groupes denses dans les arbustes de la place du Général de Gaulle. Pour ajouter à mon trouble, Roger m'envoyait peu de temps après un article relevé dans le "Evening Telegram" de Terre-Neuve, dans lequel un habitant de "Bay-de-Verde" se demandait où avaient donc bien pu passer la centaine de ces oiseaux installés dans sa commune depuis de nombreuses années.
Et puis au printemps, les moineaux sont réapparus progressivement, au fil des semaines, dans le paysage St-Pierrais. Sur leur disparition passagère, le mystère reste entier; aurait-ils été se faire reprogrammer contre le fameux bug de l'an 2000 ?

J'ignore combien ils sont aujourd'hui. Les 45 individus notés lors du recensement d'oiseaux de Noël 2002 ne forment probablement pas tout l'effectif de l'ile.

 


(1) Tiré de la revue "Oiseaux magazine" n° 63 de la LPO
(2) "La population de l'Est de l'Amérique du Nord a connu une diminution significative ente 1966 et 1979" (Robbins et al. 1986) cité dans l'Atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional.

Les précédentes images du mois : Décembre 02 | Janv-fév 2003 | Mars 2003 | Avril 2003 | Août 2003

Le 09 octobre 2003