L' image du mois de juin 2004
Le jaseur et la fleur.

Une année sans jaseurs, ici ça n'arrive quasiment pas. Les inter-saisons sont en effet agrémentées par le passage de petites troupes de ces oiseaux qui ne manquent généralement pas d'attirer l'attention. Par exemple lorsque, convoitant quelques insectes volants, ils bondissent de leurs perchoirs dans un élan semblable à celui par lequel se dresse leur huppe. Par ces courtes arabesques, ils concurrencent tyrans, moucherolles et parulines mais au contraire de ces derniers, ils ne rechignent pas à se rabattre sur une nourriture plus terrestre et aussi plus végétarienne.

Les baies sont bien sûr à leur menu, comme celles du sorbier qui leur sont servies à l'automne ou encore celles de la camarine, dont certaines persistent au delà de l'hiver. Pourtant en cette fin mai, dans les tourbières du milieu , c'étaient d'avantage aux fleurs que s'intéressaient nos jaseurs d'Amérique (1) venus nombreux et puisque seules celles du précoce "cassandre caliculé" (2) se trouvaient épanouies, leur dévolu s'est jeté sur celles-là. Mais la nature même de cette fleur, plutôt qu'un manque d'alternative, est peut-être aussi la seule raison de ce choix.

Alors, déjà réputés insectivores et fructivores, les jaseurs sont donc aussi un peu "Anthophage" (3) sur les bords ! Ceci est-il si rare chez les oiseaux ? Une autre observation faite ces jours derniers, m'aide à penser que peut-être pas. Il s'agissait cette fois d'un femelle de moineau aperçue sur un parking depuis ma voiture et qui collectait quelques pétales de la fleur jaune d'un pissenlit avant de repartir vers une destination inconnue; peut-être son nid. Ces pétales ont-ils été intégrés au menu de ses rejetons ? Sinon à quoi ont-ils bien pu lui servir ? Bien que les oiseaux aient le don de m'étonner, je ne crois pas pour autant qu'ils possèdent celui de faire de la confiture.

 


(1) Le jaseur d'Amérique (sous-caudales blanches) se voit principalement au printemps et à l'automne tandis que le jaseur boréal (sous-caudales rousses) fait des apparitions plus hivernales, parfois en troupe conséquente.

(2) Plante de la même famille que le "bleuet" (Ericacées), d'ailleurs appelée aussi "faux-bleuet" ou encore "petit-daphné caliculé" (Guide Fleurbec : Plantes des lacs, rivières et tourbières). Ses fruits minuscules, secs et rabougris sont par contre loin de rappeler des myrtilles.

(3) Qui mange des fleurs. Pardon mais je n'ai pas trouvé de synonyme. Pour ceux qui auraient lu trop rapidement : non, les jaseurs ne s'entre-dévorent pas.


Les précédentes images du mois : Déc 02 | Janv-fév 03 | Mars 03 | Avril 03 | Août 03 | Sept 03 | Déc 03 | Fév 04


Le 22 juin 2004