L' image du mois de février 2004
Un Hiver à godillons

Les parages de Saint-Pierre et Miquelon sont en toutes saisons, riches en alcidés . Même les eaux du port ont l'habitude d'en accueillir en hiver, particulièrement lorsque ce dernier est rigoureux. Le mergule nain s'y révèle alors l'hôte le plus assidu de la famille et aussi le plus grégaire. Le froid n'a pas vraiment sévi cette fois-ci, pourtant de véritables bandes de ces petits branleurs (1), ont égayé les flots un peu partout près des quais.

Se mettant fréquemment en position de vérifier le principe d' Archimède, ces petites bouées emplumées n'ont pas à se forcer pour apprécier celui de la flottaison. Quant à la méthode du repos, point de discours, elle n'échappe pas à la traditionnelle régle du bec sous l'aile :

 

En tout cas tous restaient à l'eau, ce qui est plutôt bon signe car en cette saison, la montée à terre signifie généralement que l'oiseau a trempé auparavant en eau trouble, je veux dire très trouble. Du coup, heureux de leur sort, nos godillons pouvaient le manifester par leurs petits cris de caniches anémiés.

Me retournant un peu sur mon passé, par un bond de vingt ans en arrière exactement, je me rends compte que cet oiseau a été celui qui m'a le plus interloqué lors de ma première année sur l'archipel. Bien sûr, déjà à cette époque, il s'agissait plus de godillon que de mergule nain. Au fait, pourquoi ce nom local ? Vraisemblablement un diminutif de gode (2), qui désigne localement des guillemots de même aspect que le mergule mais de taille un peu plus grande. Le nom de "gode" quant à lui provient probablement du Québec où on le trouve (au masculin) encore assez communément associé au petit pingouin, un autre alcidé noir et blanc qu'on peut confondre avec les susnommés sans un minimum d'attention.


(1) Sans guillemets comme le préconise Marc Derible pour les expressions locales, dans "ça paraît pas mais ça paraît bien", A lire ! De même que l'ouvrage précédent : "Retour à la cabane". Branleur y est d'ailleurs illustré; personnellement, j'ai pris quelque liberté en employant ce nom pour qualifier des oiseaux.

(2) Gode : nom féminin désignant sur l'archipel les guillemots marmette (de Troïl) et de Brünnich; juste des oiseaux donc, n'en déplaise à certains qui pourraient bien arriver déçus sur cette page depuis un moteur de recherche. Décidément cette page pourrait paraître tout à fait orientée mais je jure que c'est une pure coïncidence !.

- Beaucoup d'autres noms locaux sur Nature SPM


Les précédentes images du mois : Déc 02 | Janv-fév 03 | Mars 03 | Avril 03 | Août 03 | Sept 03 | Déc 03

Le 07 mars 2004